Article(s) de la section ‘– Non classé –’

La vidéo Après le repas de l’A.G. 2021 à Albi.

 

 

Le pass sanitaire et la rentrée

Depuis cet été jusqu’au 15 novembre, le pass sanitaire occupera une place de plus en plus important dans le quotidien des Français. Publié sur associations.gouv.fr, une note de rappel a été rédigée afin de rappeler dans quelles mesures le pass sanitaire est exigible.

Sur le même thème : Bientôt la vaccination obligatoire pour tous les policiers ?

Pass sanitaire obligatoire pour tout le monde dès la fin septembre

Depuis 9 août 2021, le pass sanitaire est obligatoire dans les lieux publics tels que les cafés, restaurants, quelques centres commerciaux et dans les transports de longue distance. Egalement concernés par cette mesure : les hôpitaux, les EHPAD et les maisons de retraite. Les lieux de loisirs et culturels n’échappent pas à la règle ; masque et pass sanitaire obligatoire pour pouvoir y accéder, peu importe le nombre de participants. Toutefois, les lieux médico-sociaux pour les enfants et les résidences autonomie ne sont pas concernés par cette mesure.

A compter du 30 septembre, toutes personnes âgées de 12 à 18 ans devra se munir d’un pass sanitaire, autrement dit avoir été vacciné, pour accéder à tous ces lieux et établissements. Les évènements et activités organisés par des établissements et des associations devront également s’acquitter de la tâche en contrôlant chaque participant par le biais du pass sanitaire. Un “kit de déploiement” est mis en place par le gouvernement afin d’encadrer ces mesures.

Vaccination obligatoire pour les professionnels de santé

Quand bien même le pass sanitaire est obligatoire et nécessite donc d’être vacciné, la vaccination n’est toutefois pas encore obligatoire au sens propre du therme. En effet, elle est requise pour accéder à des lieux et services ne demeure, pour l’instant, pas obligatoire pour l’intégralité de la population. A compter du 15 septembre, certains professionnels devront être vaccinés si ces derniers n’ont reçu aucune dose. Pour ceux en ayant reçu une seule, une date limite est fixée au 15 octobre.

Ces mesures concernent :

le personnel des établissements de santé, médico-sociaux et établissements sociaux rattachés aux établissements de santé (LHSS, LAM, CSAPA, CAARUD, CLAT, CEGGID),

les professionnels intervenant aux domiciles de personnes bénéficiant de l’APA ou de la PCH (aide financière et de réalisation de tâches à domicile),

le personnel des entreprises de transport sanitaire (ambulances et taxis conventionnés),

toutes professions du livre IV du CSP, conventionnées ou non, et professions à usage de titres, ainsi que leurs salariés (secrétaires médicales, assistants dentaires),

les étudiants en santé,

les pompiers professionnels et volontaires des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS),

le personnel travaillant au sein des services de santé au travail (infirmerie etc).

Lire la suite de cette entrée »

En guerre…

Le président Macron a déclaré que nous étions en guerre contre les virus d’origine étrangère.

En quoi est-ce vrai ?

On entend parler de restaurants clandestins, comme on trouvait des restaurants servant des denrées du marché noir à des prix très élevés et sans besoin de tickets de rationnement. Evidemment, cela concerne des personnes très riches, avec des menus allant de 400 à 2 000 euros. Peu de monde peut dîner à 2 000 euros le menu…

On constate des queues devant des magasins demeurant ouverts comme les boulangeries. Ces queues peuvent parfois être très longues.

On parle de “couvre-feu” les soirs : les obligations de respect d’horaires où ne pas sortir, correspond à ceux qu’interdisaient les occupants.

–Comme il y avait des “ausweis”, nous avons des attestations  pour permettre d’outrepasser légalement ces interdits

La distinction entre commerces à denrées essentielles ou non essentielles. Cela n’existait pas pendant la guerre, sauf un rationnement provenant que les allemands se gardaient le meilleur et en bon nombre, pour eux

La notion de “zones interdites”. Actuellement, c’est plus par une notion de distance depuis son domicile que des endroits deviennent interdits, mais l’idée est la même, on  ne peut aller n’importe où…

On demande de limiter le nombre de personnes en groupe à 6 personnes. En intérieur aucun contrôle possible, mais en extérieur, sanction nable.

Les dénonciations de voisins ne respectant pas les consignes, rappelant les pires moments de l’Occupation de 1940 à 1944.

Bien sûr, pour moi qui explique la seconde guerre mondiale aux classes de 3° de  collèges, je n’oublie pas les énormes différences comme celle des lois raciales, des déportations, des luttes contre les maquis et la Résistance, qui sont loin de ce que nous vivons, même si certains refusant les contraintes légales actuelles, se prennent pour des résistants par respect de leur liberté…

–Mais une ambiance lourde rappelle ce que les gens ont vécu pendant la guerre.

On peut ajouter les chaînes de télé d’information permanente qui matraquent nos cerveaux avec les vaccins, les lits de réa, les morts, le respect des gestes de protection

J’allais oublier les écoles fermées. Cela est arrivé en guerre, mais au début et au moment de la Libération.

  • On mobilise aussi les services de santé de Armées tant pour transporter des malades que pour faire des vaccins en en nombre
  • L’attente de la Libération, c’est celle de la fin des virus, ennemi notoire, intelligent, vicieux, caché un peu partout, masqué  comme un espion  ..
  • Tout cela pour dire que l’on peut comprendre les dépressions, y compris celles d’enfants. Il devait déjà, en avoir pendant la guerre…

 

              Dominique BAGUET

 

Paris, le 26.04.2021

 

Communiqué de l’UNION NATIONALE DES RETRAITÉS DE LA POLICE

Encore une fois, la Police est touchée de plein fouet !…

Un individu étranger qui vivait en France, depuis de nombreuses années, a sauvagement assassiné à l’arme blanche une collègue agent administratif du Commissariat de Rambouillet (78), devant l’entrée de l’Hôtel de Police, le vendredi 23 Avril 2021, en début d’après-midi, alors qu’elle ne connaissait apparemment pas son agresseur.

Nous avions déjà vécu ce genre de drame dans notre département lors de la tragédie de Magnanville où nos collègues Jean-Baptiste SALVAINGT et sa compagne Laëtitia SCHNEIDER avaient subi le même sort puis dernièrement avec la mort, à Conflans Sainte Honorine, du professeur Emmanuel PATY, dans des circonstances atroces.

Décidemment, ce beau département, notre beau département est un vivier pour les terroristes.

Nos collègues actifs doivent être protégés de quelque manière que ce soit et quoi qu’il en coûte.

L’UNRP s’associe à la douleur de la famille et de ses proches, de ses collègues du Commissariat et de tous les policiers de France qui sont véritablement écœurés, en ces temps vraiment difficiles pour la profession.

Mais, ils tiendront et continueront leur travail de protection de toute la population, malgré leur douleur.

Avec toute notre Amitié et notre soutien.

Président National UNRP

Philippe MOUË,