Article(s) de la section ‘Auvergne Rhône-Alpes’

Lettre de l’Amicale des Retraités et Veuves de la Police Nationale (Section du Rhône-Loire)

Suite à une crise sanitaire nationale sans précédent, notre pays a été confronté, selon instructions gouvernementales, à une longue période de confinement générée par «COVID-19». Outre les trop nombreuses victimes de cette pandémie, notre pays a ainsi vécu au ralenti avec toutes les conséquences qui y sont rattachées. C’est ainsi que la quasi-totalité des associations, dont notre chère UNRP et partant notre Amicale, ont été dans l’obligation de mettre leur activité en sommeil. Avant de poursuivre mon propos, j’espère que vous-même ainsi que votre famille et celle de vos amis et connaissances, vous n’avez pas eu à subir les assauts d’un «conardovirus» autant imprévisible que létal. Heureusement nous n’avons eu que très peu de décès parmi nos adhérents pour l’ensemble de l’UNRP.

Donc, la mise en sommeil, s’est traduite pour notre association par la fermeture des locaux et sièges pour une période indéterminée d’où reports et annulations de réunions et assemblées générales, interruption des permanences en province, absence de présence dans les bureaux du siège national et fermeture du centre de vacances de CAVALAIRE. Néanmoins, et sous l’impulsion et le contrôle de notre Président National, des dispositions transitoires ont été prises avec le secrétariat national via « Internet » pour traiter toute information, voire la diffuser éventuellement. C’est ainsi qu’épisodiquement, le Bureau National nous a tenu informés par des communiqués qui n’ont pas  été volontairement repris en raison de leur médiatisation effectuée par ailleurs. Cependant, par lettre du 8/6/2020, notre Président National a diffusé de nouvelles informations lesquelles seront reprises pour l’essentiel, sous forme de résumé dans la présente note. Lire la suite de cette entrée »

Section Rhône-Alpes Saint-Etienne Assemblée générale 2019

L’Assemblée Générale annuelle de la Section Rhône/St Etienne s’est tenue le 4/5/2019 dans les locaux de la Maison Ravier (Lyon 7°) mis à disposition pour la circonstance.

Dès 9H45, le Président BORDES Jean-Claude, constatant que le quorum était atteint (présents + procurations), ouvre la séance et demande une minute de silence en mémoire de nos chers disparus – notamment notre regretté Vice-Président et ami André FREUDENREICH. Poursuivant son propos, le Président adresse au nom de tous, une amicale pensée à ceux de nos amis qui, malades ou hospitalisés, ont été dans l’impossibilité de nous rejoindre.

La liste des invités présents ou excusés, est ensuite rappelée en y joignant, au nom de la Section, les plus vifs remerciements dont ceux adressés notamment à notre Président National – Philippe MOUE – qui a bien voulu être des nôtres pour cette annuelle journée. Lire la suite de cette entrée »

Photo intéressante

Trouvez en pièce jointe une photo prise à Sens (89 Yonne) lors de mon stage police en février 1972

Peut-être serait-il intéressant de faire paraître dans notre journal cette photo, je me rappelle de 5 ou 6 noms, pas plus, peut être certains se reconnaîtront.

il y a 5 rangs   le 1er en haut   12 personnages

                         le second         11 personnages

                         le 3ème               9

                         le 4ème               9

                         le 5ème               9

 

Je me situe au 3ième rang en partant du haut  9ième place en partant de la gauche  DEBUT Alain

– 1er rang 1ère tête MR. DUPUIS

– 2ème rang 1ère tête M. ZANIN

– 4ème rang  4ème tête Bier MARTINEZ, chef de peloton

– 4ème rang 6ème tête M. PIERRA ALAIN

– 5ème rang 1ère tête M. STEINIRGER

– 5ème range 7ème tête M. WOLKSTINIAK

Il y avait, de mémoire MM. BARRY-REVOLT-DAURELLE-FEUILLASSIER-VELLA-DUBUISSON-MAX-

DEREINS-DIWY-SIEGEL-FOURNIER-BELLARGENT-BOZZETTI-CAZEAUFRANC-DELBRUEL

DEBUT ALAIN
43 allée des ROMANTIQUES
38100 GRENOBLE

Pour voir la photo, c’est par ici

Les crayons rouges

Ce matin, j’entends sur la radio une professeure indignée et en burn out, parce qu’un film fait par deux de ses élèves sous ses jupes se promène sur les réseaux sociaux allégrement et qu’elle est moquée dans la rue par tout le monde.

Elle a dû se battre pour que les deux élèves à la base de ce film culturel soient enfin exclus définitivement de leur école secondaire que je le ne citerai pas.

Trois remarques :

1) Des élèves prennent le temps de faire un tel film au lieu d’écouter l’enseignement donné. Ils n’ont plus rien à faire en établissement scolaire ou ils doivent opter, si leur niveau le permet, pour l’enseignement du cinéma. Mais je doute d’une telle orientation possible pour eux malgré une vocation éventuelle.

 L’état n’a plus les moyens de payer des cours à des vacanciers  boutonneux. Découvrir le monde du travail va les faire vite mûrir et leurs boutons d’acné avec.

2) pourquoi cette enseignante a dû se battre pour être correctement défendue, à défaut d’être protégée par les responsables de l’éducation nationale ? Deux poids, deux mesures, et pas de vagues dans mon établissement où tout va bien très bien madame la Marquise et M. l’Inspecteur d’Académie. Lire la suite de cette entrée »