Archives d’un auteur

Augmentation de la retraite du combattant et des pensions de guerre

COMMISSION DES DROITS

Nos réf : AC/CB/2157

 

Paris, le 01/09/2020

Un arrêté du 28 août 2020, paru au JO du 1er septembre 2020, fixe la valeur du point d’indice régissant le montant de la retraite du combattant, la valeur des pensions militaires d’invalidité et le plafond de la rente mutualiste ancien combattant :

 

  • à 14,57 euros à compter du 1er janvier 2019,
  • à 14,68 euros à compter du 1er janvier

Par conséquent, le montant de la retraite du combattant s’élèvera donc annuellement à 763,36 euros au lieu de 757,64 euros (soit 381,68 euros par échéance semestrielle).

Le rattrapage des arrérages de retard se fera lors du versement de la prochaine échéance.

IMPORTANT

Pour percevoir la retraite du combattant, il faut être titulaire de la carte du combattant. Celle- ci doit être demandée par les intéressés aux services départementaux compétents, et son obtention répond à certains critères précis.

Les titulaires de la carte du combattant ou du Titre de Reconnaissance de la Nation peuvent se constituer une rente mutualiste (RMC).

Cette rente est non imposable, subventionnée par l’Etat, et bénéfice chaque année de majorations légales.

Les versements constitutifs de la RMS sont déductibles du revenu imposable. Le capital ainsi constitué peut être reversé à la personne désignée.

Lettre de l’UNSA-RETRAITES N° 69

 

Ceci est la lettre de UNSA-RERAITES n° 69

Cliquez ICI

Lettre de l’Amicale des Retraités et Veuves de la Police Nationale (Section du Rhône-Loire)

Suite à une crise sanitaire nationale sans précédent, notre pays a été confronté, selon instructions gouvernementales, à une longue période de confinement générée par «COVID-19». Outre les trop nombreuses victimes de cette pandémie, notre pays a ainsi vécu au ralenti avec toutes les conséquences qui y sont rattachées. C’est ainsi que la quasi-totalité des associations, dont notre chère UNRP et partant notre Amicale, ont été dans l’obligation de mettre leur activité en sommeil. Avant de poursuivre mon propos, j’espère que vous-même ainsi que votre famille et celle de vos amis et connaissances, vous n’avez pas eu à subir les assauts d’un «conardovirus» autant imprévisible que létal. Heureusement nous n’avons eu que très peu de décès parmi nos adhérents pour l’ensemble de l’UNRP.

Donc, la mise en sommeil, s’est traduite pour notre association par la fermeture des locaux et sièges pour une période indéterminée d’où reports et annulations de réunions et assemblées générales, interruption des permanences en province, absence de présence dans les bureaux du siège national et fermeture du centre de vacances de CAVALAIRE. Néanmoins, et sous l’impulsion et le contrôle de notre Président National, des dispositions transitoires ont été prises avec le secrétariat national via « Internet » pour traiter toute information, voire la diffuser éventuellement. C’est ainsi qu’épisodiquement, le Bureau National nous a tenu informés par des communiqués qui n’ont pas  été volontairement repris en raison de leur médiatisation effectuée par ailleurs. Cependant, par lettre du 8/6/2020, notre Président National a diffusé de nouvelles informations lesquelles seront reprises pour l’essentiel, sous forme de résumé dans la présente note. Lire la suite de cette entrée »

Un monde en ébullition.

A peine sortie du confinement provoqué par la pandémie du covid-19, plusieurs Etats, capitales et grandes villes sont agités par des manifestations qui quelques fois se terminent en violence.

L’origine de ces manifestations, la mort d’un citoyen noir américain lors de son interpellation par un policier blanc américain, qui l’a maintenu face contre le sol un genou plaqué sur son cou durant 8mn 46. L’interpellé George Floyd va mourir d’étouffement. Faut-il attendre plus de 8mn pour menotter un individu ? D’autant que 3 autres collègues policiers se trouvaient sur les lieux !

Les anciens policiers s’interrogent sur cette façon d’opérer une interpellation. Quel  qu’en soit le motif, une fois à terre l’homme était pratiquement neutralisé et n’opposait aucune résistance, il ne cessait de crier; « Je ne peux pas respire, je ne peux pas respirer ».

L’Amérique s’est émue de ce drame et la population par médias et réseaux sociaux  s’est enflammée contre les policiers auteurs de cette tragédie. Loin de désamorcer cette immense vague de protestation qui secouait le pays, la plus haute autorité politique et morale, par ses déclarations n’a fait qu’attiser le ressentiment de la population cette fois vers l’ensemble de la police la désignant comme raciste.

Est-ce le contre effet du confinement, dans la plupart des capitales occidentales  des manifestations de soutien pour réclamer plus de justice pour George Floyd sont organisées par la population et surtout la jeunesse de ces pays. Lire la suite de cette entrée »