Lettre de l’Amicale des Retraités et Veuves de la Police Nationale (Section du Rhône-Loire)

Suite à une crise sanitaire nationale sans précédent, notre pays a été confronté, selon instructions gouvernementales, à une longue période de confinement générée par «COVID-19». Outre les trop nombreuses victimes de cette pandémie, notre pays a ainsi vécu au ralenti avec toutes les conséquences qui y sont rattachées. C’est ainsi que la quasi-totalité des associations, dont notre chère UNRP et partant notre Amicale, ont été dans l’obligation de mettre leur activité en sommeil. Avant de poursuivre mon propos, j’espère que vous-même ainsi que votre famille et celle de vos amis et connaissances, vous n’avez pas eu à subir les assauts d’un «conardovirus» autant imprévisible que létal. Heureusement nous n’avons eu que très peu de décès parmi nos adhérents pour l’ensemble de l’UNRP.

Donc, la mise en sommeil, s’est traduite pour notre association par la fermeture des locaux et sièges pour une période indéterminée d’où reports et annulations de réunions et assemblées générales, interruption des permanences en province, absence de présence dans les bureaux du siège national et fermeture du centre de vacances de CAVALAIRE. Néanmoins, et sous l’impulsion et le contrôle de notre Président National, des dispositions transitoires ont été prises avec le secrétariat national via « Internet » pour traiter toute information, voire la diffuser éventuellement. C’est ainsi qu’épisodiquement, le Bureau National nous a tenu informés par des communiqués qui n’ont pas  été volontairement repris en raison de leur médiatisation effectuée par ailleurs. Cependant, par lettre du 8/6/2020, notre Président National a diffusé de nouvelles informations lesquelles seront reprises pour l’essentiel, sous forme de résumé dans la présente note.

Premier souci, la problématique du recrutement car l’individualisme a écarté la solidarité. Pour ces raisons et entre autres motifs, une audience a été demandée auprès de notre Ministre qui en ce moment se laisse égarer par des mesures contraires à l’éthique de la sécurité dans tous ses compartiments. Les résultats de cette entrevue feront l’objet, en leur temps, d’une diffusion particulière. Par ailleurs, notre Ministre lors de sa conférence de presse du 8 juin dernier a présenté le projet d’application de mesures que l’on peut qualifier incohérentes et dangereuses ce qui démontre une fois encore l’incompétence et l’amateurisme de notre exécutif. Il est affligeant en effet, de constater qu’un Ministre de l’Intérieur puisse ignorer à ce point bon sens et cohérence en termes de garanties de la sécurité de notre pays. Policiers et Gendarmes ont besoin de soutien plutôt que de suspicion aggravée par une quasi permanente et inacceptable présomption de responsabilité. Sollicités depuis des mois en raison d’événements à répétition parfois violents, ils ont toujours, à l’instar du passé, fait preuve pour la quasi-totalité, d’une motivation et d’une abnégation  qui peuvent et doivent forcer le respect. Ne serait-ce qu’à ce titre, la Police doit bénéficier d’une réelle confiance réciproque entre le Ministre de l’Intérieur et elle-même. Oui et on le sait, policiers et gendarmes ne sont pas des robots et en tant qu’humain, ils peuvent franchir des limites. En ce cas, ils méritent d’être sanctionnés aussi sévèrement que ceux qui les insultent et les agressent. Plutôt  que de s’attaquer aux vrais problèmes, il est plus facile d’ignorer ces derniers en satisfaisant d’une manière ou d’une autre les voyous et délinquants. Pour annihiler cet état de fait, il est impératif que Policiers et Gendarmes soient toujours convaincus de ce que les français ont une grande confiance en eux. Hier matin encore, le Président du Sénat n’a-t-il pas déclaré à la télévision que Police et Gendarmerie sont les garantes de l’état de droit. Sur ce dernier point, de nombreuses voix s’élèvent pour rappeler ce précepte tandis qu’un tollé général s’est manifesté dans les rangs de nos collègues actifs. Nous retraités, nous n’avons pas le droit de rester indifférents à une telle situation. Dans cet esprit, devant les tribulations inacceptables d’un exécutif aux décisions approximatives enclines à l’incongruité, l’UNRP s’est étroitement associée à l’action générale des syndicats de nos collègues actifs y compris les manifestations de rues telles celle qui a lieu actuellement à PARIS.

Face à cette regrettable situation et aux réactions confinant à l’effervescence qu’elle a générée, le Directeur de la Police Nationale par note du 11/6/2020 – dont copie ci-jointe en annexe – a tenté de remettre les choses en place en réaffirmant confiance et savoir-faire de la Police Nationale. Chacun d’entre vous pourra apprécier à sa juste valeur la teneur du texte ci-joint, mais comme le dit la vox- populi, le mal est fait et les atteintes intolérables subies actuellement par notre institution, ne devraient pas être sans séquelles. Personnellement, et en trente trois ans de carrière, je n’ai jamais vécu une telle situation comme je n’ai jamais connu de Ministre de l’Intérieur capable d’un tel déni de la Police Nationale et de la  Gendarmerie.  C’est  pourquoi les  actions conjuguées des actifs et retraités devraient à mon sens mettre en exergue le souhait totalement partagé d’une  éviction à court terme de ce haut responsable.

Cela étant et pour en revenir au fonctionnement de l’UNRP et à ses actions envisagées, voici ce qu’il faut en retenir pour ce qui concerne le niveau national:

  • siège ouvert de nouveau depuis le 18 mai,
  • réouverture du centre de vacances de CAVALAIRE le 27 juin – Noter que la réservation des logements de ce centre pourra d’une part, s’effectuer bientôt en ligne sur un site dédié et d’autre part que sera mis en place le paiement par carte bancaire,
  • conseil d’administration prévu au mois d’avril, reporté au début octobre,
  • conjointement avec le Pôle des Retraités de la Fonction Publique, relance sur la perte du pouvoir d’achat des retraités. Ne pas oublier que la réforme des retraites ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive est encore actuellement différée mais qu’elle sera réactivée un jour ou l’autre,
  • tentative d’amélioration des informations portant sur la vie courante de notre association par adressage individuel par tous moyens des notes et communiqués du Bureau National,
  • espoir et action pour que d’une part, soit prise en compte la Loi sur le Grand Age dont l’application a été perdue de vue suite au grand conflit social de fin 2019 et que d’autre part une réforme sur la santé voit enfin le jour.

 

En ce qui concerne la vie de notre Section RHONE/LOIRE, voici ce qu’il faut en retenir :

  • Assemblée Générale annuelle laquelle prévue le 18/4/2020 a été reportée sine L’année 2020 étant une année « hors norme » la prochaine Assemblée Générale se tiendra courant avril 2021 – Noter que le Conseil d’Administration devrait normalement siéger le jeudi 22 octobre prochain. Cette réunion sera confirmée ou infirmée en temps utile,
  • le siège étant fermé depuis la mise en application du confinement, il devrait rouvrir le jeudi 3 septembre prochain et fonctionner de façon habituelle – Noter qu’il n’y aura pas de confirmation écrite à ce sujet dès lors que cette prévision sera maintenue. Ce n’est qu’en cas de nouveau report qu’une circulaire sera diffusée,
  • programmation de sorties-escapades lors du printemps

 

En vous souhaitant un bel été et de bonnes vacances, je vous prie chers amis, de croire en toute mon amitié. Gardez-vous bien de «COVID 19» en prenant soin de vous et des vôtres avec prudence.

 

Le Président

BORDES Jean-Claude

Les commentaires sont fermés.